Contact / Accès

Chargement de la carte en cours...

Contact

Ville de Louviers
Hôtel de Ville - CS 10621
19 rue Pierre Mendès France
27406 Louviers Cedex

Tél. 02.32.09.58.58
Fax. 02.32.09.58.51

Contactez-nous

Vous êtes ici

Vœux aux Lovériens

Publié le

à la une

Cérémonie des vœux aux Lovériens

Discours de M. François-Xavier PRIOLLAUD Maire de Louviers

Vendredi 12 janvier 2018 à 19h
Seul le prononcé fait foi

Madame la Sous-préfète,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs représentant les autorités civiles et militaires,
Mesdames et Messieurs les Président(e)s d’associations,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Parce que l’engagement est le sel d’une vie accomplie, la ville de Louviers a décidé d’en faire sa « Grande cause municipale » de l’année 2018. S’occuper des autres avant de penser à soi, faire œuvre de bienveillance, guider son action par l’intérêt général, agir pour être utile. Que souhaiter de mieux à l’aube de cette nouvelle année ? Alors, pour que les bonnes résolutions résistent à l’usure du temps – au-delà de quelques jours ou de quelques semaines – nous avons décidé à Louviers de célébrer l’engagement en le mettant à l’honneur tout au long de l’année.

Cette grande cause municipale, la troisième de la mandature après la nutrition en 2016 puis la lecture en 2017, trouve son inspiration dans une très belle ONG qui s’appelle « Le projet Imagine » et que sa fondatrice, Frédérique Bedos, une femme d’exception au parcours si singulier, est venue présenter ici même à Louviers il y a deux ans à l’occasion d’une « Grande Rencontre ».

Le « projet Imagine » met en lumière des femmes et des hommes ordinaires qui accomplissent des choses exceptionnelles. Et si Louviers est devenue la « 1éère ville imagine » de France, c’est certainement car il existe à Louviers un grand nombre de personnes engagées et passionnées au service des autres ; j’en connais d’ailleurs beaucoup dans cette salle. Alors je vous donne rendez-vous le lundi 12 février à 19h pour une belle soirée de lancement de notre grande cause 2018 et en attendant, je vous propose d’écouter Frédérique Bedos, notre marraine de la grande cause municipale. Elle a quelque chose à vous dire.

Mesdames et Messieurs,

L’engagement est l’expression de valeurs qui donnent du sens à l’existence.
Depuis que vous m’avez confié, cela fera bientôt quatre ans, la lourde charge de conduire les affaires municipales, j’attache vous le savez une grande importance au sens de l’action que nous menons avec mon équipe.
J’attache de l’importance à la cohérence de notre politique pour qu’elle reste fidèle au cap que nous nous sommes fixé.
Je m’efforce de privilégier l’exigence du long terme sur la facilité du temps immédiat. Je refuse de céder au confort de la routine et vous pouvez être assurés que je vis chaque jour de mon mandat comme si c’était le premier jour. Avec la même force, avec la même énergie et avec le même enthousiasme.

Et ma boussole, notre boussole, c’est justement l’engagement au service de notre ville. Nous formons une majorité municipale riche de sa diversité : diversité des âges, des origines, des parcours professionnels, des sensibilités philosophiques et politiques. Cette diversité, elle est notre force et ce qui nous unit, c’est notre engagement commun pour la ville que nous aimons.

Alors, comme la période des vœux est le moment propice pour mettre en perspective notre action et présenter les grands projets de l’année qui commence, je voudrais le faire ce soir autour des quatre valeurs cardinales qui forment notre boussole, la boussole des engagés !

Je veux parler de la volonté.
Je veux parler du goût de l’action.
Je veux parler du sens des responsabilités.
Et je veux parler du désir d’humanité.

L’engagement, c’est en effet d’abord une question de volonté. Je pourrais aussi évoquer la détermination et la persévérance ; ce sont les meilleurs antidotes à la résignation. Combien de fois ai-je entendu dire sur tant de sujets qu’on ne pouvait rien faire, qu’il fallait se résigner. Or la politique, c’est justement l’art de changer la donne.
Et je voudrais vous donner quatre exemples très concrets sur lesquels nous avons réussi à changer la donne à Louviers.

Mon premier sujet, il concerne l’attractivité de Louviers. Et au premier rang de l’attractivité, il y a l’évolution de la population et du commerce. Je vous le dis, nous sommes en train de faire mentir les oiseaux de mauvais augure qui prédisaient le déclin de Louviers et la mort lente à petit feu de ses commerces.
J’en veux pour preuve les derniers chiffres publiés par l’INSEE sur la population des différentes villes de l’Eure. Evreux perd des habitants, Vernon perd des habitants, les Andelys perdent des habitants, Gaillon perd des habitants, Bernay perd des habitants. Savez-vous quelle est à LA ville qui gagne des habitants ? C’est la nôtre, c’est Louviers !

Encore près de 200 habitants supplémentaires en un an, et près de 800 nouveaux depuis le début du mandat. Nous venons de franchir la barre symbolique des 19 000 habitants – très exactement 19 081 habitants – et le seuil des 20 000 se rapproche désormais à grande vitesse ! 20 000 habitants en 2020 et pourquoi pas 30 000 habitants en 2030 ! Louviers affirme plus que jamais sa position de ville-centre de l’agglomération Seine-Eure, dans toutes ses composantes liées à l’habitat, aux services à la population et aux commerces. Nous vivons dans la plus belle agglomération du département. C’est l’agglomération la plus dynamique, la plus inventive, la plus avant-gardiste sur beaucoup de sujets. Une agglomération qui accueille 5 nouvelles communes depuis le 1er janvier.

Alors, vous me permettrez de rendre hommage à l’action menée par Bernard Leroy à la tête de l’agglo. Bernard n’est pas parmi nous ce soir car le président de la CASE avait rendez-vous avec le maire du Vaudreuil pour sa cérémonie de vœux. Mais je dis à Bernard que Louviers est fière d’être la ville centre d’une agglomération à haute qualité de vie, et que nous sommes heureux de participer si activement à la mise en œuvre de notre projet de territoire.

A Louviers, donc, la population augmente. Et le commerce se développe puisqu’il a encore progressé en 2017. Je veux saluer le dynamisme des associations de commerçants : l’association du Becquet et l’association Louviers Shopping. Cette dernière multiplie les initiatives pour valoriser l’excellence de notre commerce de proximité. Merci à son président, Georges Vormus et à toute son équipe qui ne ménage pas leur énergie et leur temps.

Il y a un signe qui ne trompe pas sur l’attractivité, c’est le dynamise de notre politique en matière d’habitat. Après des décennies aux abonnés absents, Les promoteurs privés reprennent la route de Louviers. Je veux saluer l’action menée par Caroline Rouzée, adjointe à l’urbanisme, qui sera désormais secondée par Christophe Gauthier, conseiller municipal délégué aux relations avec les bailleurs sociaux.

C’est à toi, chère Caroline, que nous devons le succès du premier salon de l’immobilier neuf organisé au Moulin en octobre dernier, et qui a révélé les attentes d’un public de plus en plus nombreux prêt à venir habiter à Louviers. Je penser aux jeunes primo-accédant mais aussi à nos aînés avec des offres de logements adaptés à l’allongement de la durée de la vie. En 2018, plusieurs programmes immobiliers seront livrés, avec à la clé plusieurs centaines de nouveaux logements, individuels ou collectifs, rue du 11 novembre avec la résidence Jeanne d’Arc, rue du docteur Blanchet, mais aussi avec le programme immobilier aux Amoureux, avec le lotissement du Domaine de la Forêt, avec les nouveaux logements de la Prairie des Fougères pour ne citer que ces seuls programmes. Mardi prochain, nous poserons la première pierre des futurs logements sur la Côte de la justice, en face de Maison Rouge.

2018 sera également l’année du début des travaux de la résidence intergénérationnelle boulevard de Crosne, pour laquelle le permis de construire a été déposé en décembre dernier. Et les projets futurs ne manquent pas : des logements et des commerces supplémentaires sur la place Thorel et je l’espère la construction bientôt à Louviers d’une résidence étudiante. C’est un projet qui est à l’étude avec un bailleur.

Mesdames et Messieurs,

Pour attirer de nouveaux habitants à Louviers, il faut leur donner envie de venir s’installer chez nous. Et l’une des premières choses que vous regardez quand vous déménagez, c’est le montant des impôts que vous allez devoir payer.

Notre conviction, avec Pierre Lecuyer, adjoint en charge des finances, c’est que la baisse des impôts est un prérequis pour changer l’image de Louviers. Et là aussi, nous sommes en train de changer la donne.

J’admets que l’exercice n’était pas simple si l’on regarde d’une part, l’effondrement des dotations de l’Etat qui nous a versé en 2017 1,6 millions d’euros de moins qu’en 2013 et d’autre part, le surendettement de la ville hérité de la gestion de la municipalité précédente. Parce que je vous dois la vérité, vous devez savoir que chaque année, avant de pouvoir investir 1 euro pour les écoles, pour l’aide aux plus démunis, pour l’entretien des bâtiments, pour la culture, pour la jeunesse… nous devons d’abord débourser 3,5 millions d’euros – je dis bien 3,5 millions d’euros – pour rembourser les banques.

Malgré cela, nous avons décidé d’engager, dans la durée, une baisse des impôts à Louviers. C’est très exigeant, mais c’est indispensable. Et nous n’avons pas attendu la dernière année du mandat pour le faire, car cela n’aurait pas été sincère. La baisse des impôts, nous l’avons initiée l’an dernier, c’est-à-dire à mi-mandat, et nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin. D’ici à la fin du mandat, notre objectif est de baisser d’au moins deux points – et davantage si cela nous est possible – les taux des impôts locaux car si le Gouvernement prévoit à terme la suppression pour tous de la taxe d’habitation, il nous faudra aussi de toute façon agir sur la taxe foncière pour inciter de nouveaux propriétaires à venir s’installer à Louviers.

J’ajoute, car cela a son importance, que nous couplons cette baisse des impôts avec un désendettement de la ville qui atteindra 10% en 2018 et qui n’impacte pas notre capacité à investir. Vous pouvez d’ailleurs vous en rendre compte au fur et à mesure des premières pierres et des inaugurations qui ne multiplient !

Enfin, pour conclure ce chapitre financier, je voudrais dire que la rareté des deniers publics touche toutes les collectivités et a pu conduire ici ou là à des regroupements de communes. Sans parler de fusion, je vais proposer dans les prochaines semaines à mes collègues maires de communes limitrophes de Louviers – Incarville, Pinterville, La Haye-le-Comte et Le Mesnil Jourdain – de nous voir pour regarder ce que nous pourrions faire ensemble afin d’offrir un service toujours meilleur à nos populations respectives.

Mesdames et Messieurs,

Faire preuve de volonté, c’est aussi montrer notre capacité à ne pas subir. Parce que « gouverner, c’est prévoir », pour ne pas subir, il faut anticiper. La pénurie de médecins ne concerne pas que les campagnes, elle touche aussi de plein fouet les villes. C’est pourquoi, à Louviers, la municipalité a décidé d’agir avant d’être mise au pied du mur. Nous avons ainsi travaillé de concert avec des médecins de la ville pour préparer l’avenir. Je veux remercier Céline Léman, conseillère municipale déléguée en charge de ce dossier, pour sa compétence qui nous est très précieuse dans ce domaine et pour sa persévérance à faire aboutir ce beau projet. Regrouper des médecins et des professions paramédicales dans un espace commun va nous aider à attirer à Louviers de jeunes praticiens, et j’espère parmi eux des spécialistes, qui vont trouver dans notre ville une infrastructure adaptée à leurs besoins. La maison médicale, personne n’y croyait vraiment. Et pourtant, les travaux démarrent dans quelques jours et, elle devrait ouvrir ses portes en septembre prochain. Il a fallu déployer beaucoup d’énergie et d’ingéniosité pour concrétiser ce projet. Nous avons obtenu près de 700 000 euros de financement de l’Union européenne. C’est considérable et cela devrait faire réfléchir ceux qui critiquent à tout va l’Europe sans vraiment savoir ce qu’elle fait au quotidien pour nos territoires.

Je vous ai parlé de l’augmentation de la population,
Je vous ai parlé de la baisse des impôts,
Je vous ai parlé de la lutte active contre la pénurie de médecins.
Je voudrai à présent vous dire un mot relatif à la sécurité.

Pour combattre l’insécurité et faire baisser la délinquance, nous avons élaboré en 2015 une stratégie municipale de sécurité et de prévention de la délinquance. Avec Jean-Jacques Le Roux, adjoint en charge de la sécurité et de la tranquillité publique, nous réunissons de nouveau chaque année le Conseil de sécurité et de prévention de la délinquance qui met autour de la table tous les partenaires qui nous aident à garantir la sécurité et la tranquillité publiques. Et notre stratégie, cher Jean-Jacques, porte ses fruits puisque les derniers chiffres de la délinquance donnés par notre commissaire de Police sont sans appel : depuis 2014, les atteintes aux biens ont baissé de 42 % et les atteintes à la personne de 26 % ! Contrairement à une idée reçue, la délinquance constatée à Louviers est inférieure à ce qu’on observe dans les autres villes du département. Elle est également sensiblement inférieure à la moyenne des autres villes française de taille équivalente.

Pour autant, un fait de délinquance sera toujours un fait de délinquance de trop et il ne faut surtout pas baisser la garde. Nous avons connu ces dernières semaines une recrudescence des vols par effraction chez les commerçants. Je voudrais vous dire à ce sujet que l’enquête de police a considérablement progressé ces dernières heures, que notre nouveau commissaire de Police, que je salue, et son équipe ne lâchent rien et que les résultats vous le verrez seront au rendez-vous !

Pour 2018, j’ai aussi demandé à nos partenaires que nous puissions travailler ensemble sur la lutte contre les incivilités qui pourrissent la vie quotidienne de certains habitants : je pense aux motos cross, je pense aux gestes déplacés, je pense à tous ces comportements qui ne sont pas des infractions à proprement parler mais qui ne respectent pas les règles du bien vivre ensemble. Là aussi, nous allons devoir faire preuve d’une volonté et d’une ténacité sans faille pour ne rien céder à ceux qui ne respectent pas les règles.

L’efficacité de notre action, nous la devons à l’excellente coopération entre notre police municipale et la police nationale ; et vous me permettrez, en ce moment précis, de rendre hommage à tous ceux – policiers, gendarmes, pompiers – qui assurent notre sécurité quotidienne dans un contexte particulièrement difficile. Qu’ils soient assurés de la reconnaissance et de la gratitude de la ville de Louviers.

Mesdames et Messieurs,

La volonté est la mère des valeurs qui sont inscrite sur notre boussole. Cette volonté, nous la mettons au service de l’action. Le goût de l’action, il est indissociable de l’engagement de notre équipe pour la ville. Traduire nos paroles en actions concrètes et visibles : c’est ce à quoi nous nous employons quotidiennement.

£Nous agissons pour transformer la ville, pour la rendre encore plus belle et toujours plus agréable à vivre.

Les travaux du cœur de ville avancent à grande vitesse.En 2017, nous avons inauguré la halle qui, en à peine six mois, a largement conquis son public. Pendant le marché bien sûr, mais aussi pendant la Saint-Michel ou à l’occasion du marché de Noël. Après la Halle, c’est l’église Notre-Dame qui a dévoilé le 1er décembre dernier, son nouvel écrin avec un tout nouveau parvis et une mise en lumière qui met enfin en valeur ce joyau exceptionnel de notre patrimoine. Je veux profiter de cette cérémonie des vœux pour remercier les riverains et les commerçants et aussi l’Abbé Eric Pichard et le Père Antoine Hardy qui ont supporté les contraintes et les nuisances liées à des travaux que nous avons voulu les plus courts possibles. Mes remerciements s’adressent également à Jacky Bidault, adjoint en charge des travaux, sur le pont 7 jours sur 7 et 24h sur 24h.

En 2018, tu ne vas pas vraiment te reposer mon chez Jacky car la rénovation du cœur de ville va se poursuivre à un rythme soutenu. Nous allons prochainement inaugurer le nouvel aménagement de la fabrique Decrétot, rue Pierre Mendès France. A la fin du mois, les réseaux souterrains des rues du Matrey et du Général de Gaulle vont être repris. Et au printemps vont commencer les travaux d’embellissement de la partie actuellement piétonne de la rue du Matrey. La remise en circulation de la rue va s’accompagner de la création d’une nouvelle place du Pilori avec les mêmes matériaux que ceux utilisés pour le parvis de l’église. La rue du Matrey et la Place du Pilori devraient être achevées à la fin de l’été. Je précise, contrairement à ce que j’ai lu dans la Dépêche parue hier, que ces aménagements ont vocation à valoriser les terrasses des cafés. Donc loin de nous l’idée de supprimer les terrasses existantes ; c’est plutôt tout le contraire !

Après la rue du Matrey, je vous emmène à présent du côté de la Place Thorel où les travaux sur la friche de l’îlot Thorel Est, qui longe le Boulevard de Crosne, sont en passe de commencer. Le premier semestre sera consacré à la démolition de la friche, mais avec la conservation des façades des Sheds sur la partie basse du boulevard vers la place des Portes de l’eau. Le second semestre 2018 verra ensuite le début des travaux de la résidence intergénérationnelle pour une livraison des logements et des commerces au second semestre 2019. Je tiens à préciser que ces travaux ne coûtent pas d’argent au contribuable lovérien.

£C’est même l’inverse puisque la cession des terrains qui appartiennent à la ville vont se traduire par une recette de 600 000 euros.

Enfin, 2018 va aussi marquer le début des travaux de la rénovation complète de la Place Thorel. Ce sera au dernier trimestre de l’année. Le garage Dubreuil va déménager avenue Winston Churchill dans les anciens locaux des services techniques de la ville. La future place Thorel sera plus belle et sécurisée pour permettre la coexistence de tous les modes de transports : piétons, vélos, voitures et bus. Et je précise à l’attention des commerçants, qu’il y aura bien toujours des places de stationnement. Des réunions d’information et de concertation se tiendront dans les prochaines semaines pour vous présenter le projet.

Mesdames et Messieurs,

Vous l’avez peut-être lu dans les journaux ou sur le site internet de la ville, Louviers a été récompensée par la Région Normandie comme ville lauréate de l’appel à projet lancé par le Conseil régional sur les villes qu’on appelle de la reconstruction parce qu’elles ont été en partie détruite pendant la guerre et reconstruites dans les années 50 et 60.

La bonne nouvelle est arrivée en décembre et ce sont près d’un million d’euros que la région va consacrer à Louviers pour mettre valeur le patrimoine architectural de la reconstruction. Nous allons travailler sur les façades, sur les cours intérieures, sur la rénovation énergétique de l’habitat, mais aussi sur les cheminements piétonniers, sur la mise en valeur de l’Eure et sur la mise en lumière du bâti. Et le musée prépare, mais ce sera pour 2019, une exposition inédite sur Louviers d’hier à demain qui mettra en avant l’évolution de l’architecture et de l’urbanisme à Louviers à travers de multiples supports. Cette exposition sera participative et innovante en permettant aux habitants de contribuer à façonner la ville de demain.

Agir pour transformer la ville, cela ne concerne bien sûr pas seulement le centre de Louviers. Depuis bientôt quatre ans, nous prêtons une attention particulière à ce que tous les secteurs de la ville puissent profiter des investissements publics. Je ne reviens pas sur ce qui a été fait : les aménagements du Clos Saint-Lubin, l’achèvement des travaux à Maison Rouge, la reprise de la voie Tabarly, les Jardins familiaux à Saint-Hildevert, les travaux d’assainissement actuellement en cours pour le quartier des amoureux… Je vais vous parler de ce qui va se passer en 2018, avec la poursuite du déploiement de la fibre. Et je vous confirme que l’intégralité de la ville, je dis bien l’intégralité, sera couverte d’ici à la fin de l’année 2020.

En 2018, nous allons aussi avancer sur le programme de rénovation urbaine du quartier des Acacias, de La Londe et des Oiseaux.

Ce quartier est reconnu d’intérêt régional, ce qui signifie que des financements importants sont prévus tant par l’Etat que par la Région et bien sûr la CASE et la ville.

Avec Bernard Leroy et Anne Terlez, nous avons reçu à Louviers Rodolphe Thomas, le vice-Président de la Région en charge de la politique de la ville. Nous avons défini ensemble les priorités sur lesquelles nous souhaitons porter nos investissements.

Il y a d’abord la démolition des deux barres d’immeubles des Oiseaux, qui appartiennent à Eure Habitat. Avec Anne Terlez, très impliquée sur ce sujet, nous avons encore tenu hier une longue réunion avec la présidente d’Eure Habitat pour faire avancer ce dossier. Comptez sur notre détermination totale pour obtenir, dans les meilleurs délais, la démolition de ces barres. Dans ce que nous mettons sur le haut de la pile figure également la rénovation de la crèche des Acacias et du Centre social Pastel. Comptez aussi sur moi pour que cela figure au contrat de territoire que nous allons signer dans quelques semaines avec le Département et la Région.

Transformer la ville, c’est aussi imaginer la ville de demain et d’après-demain. C’est regarder loin devant car les projets d’urbanisme sont des projets de long terme. Les études sont désormais bien avancées sur l’aménagement futur de la rue du 11 novembre et vous seront prochainement présentées.

Une étude est également lancée sur ce qu’on appelle la « friche Audresset », à proximité de la rue du Port, et pour laquelle nous venons d’obtenir l’inscription au contrat de plan Etat / Régions au titre de l’aménagement de l’Axe Seine. C’est une belle reconnaissance pour Louviers et cela signifie aussi d’importants financements à la clé.

Je pourrais vous parler encore longtemps d’urbanisme mais l’heure tourne, et je serais incomplet si je ne mentionnais pas les nouveaux équipements qui vont sortir de terre en 2018.


Il y a d’abord la patinoire intercommunale, dont la première pierre a été posée en novembre. C’était un engagement que j’avais pris devant vous au moment des élections municipales. C’est un engagement tenu car nous avons su convaincre les membres de l’agglomération du bienfondé de cet investissement si utile au rayonnement de notre territoire. Les travaux vont durer toute l’année 2018 et une partie de 2019 pour une ouverture de cet équipement ultramoderne et respectueux de l’environnement à l’été 2019.

Il va y avoir également, le mois prochain, la pose de la 1ère pierre de la future maison des sports et des associations, en lieu et place de l’ancienne piscine Plein Soleil. C’est José Pires, adjoint à la jeunesse et aux sports, qui est chargé de ce dossier important et qui a mené la concertation avec les clubs sportifs. Ce nouvel équipement répond à un besoin évident du tissu associatif qui, aujourd’hui, ne dispose pas à Louviers, de lieu dédié. Par sa polyvalence, la maison des sports et des associations pourra également accueillir des fêtes et des réceptions. Si l’on reste dans le domaine du sport, je vous confirme également, mais ce sera pour 2019, la rénovation complète de la piste d’athlétisme. Et je vous annonce aussi ce soir la mise à l’étude de la création d’un skate park. C’était une demande du conseil municipal des jeunes dont je salue la présence ce soir dans la salle. Nous allons y accéder et vous pouvez remercier Paulo do Rosario, conseiller municipal délégué à la jeunesse qui ne lâche rien sur ce sujet ; et il a raison !

Autre équipement majeur pour notre ville : La cité numérique sur le site de l’ancienne usine Cinram. Depuis quelques jours, elle a trouvé son nouveau nom : elle s’appellera le « HUB ». On ne parle plus de Cinram, mais désormais du HUB, cette cité numérique qui va poursuivre et amplifier son développement en 2018, après l’ouverture de la Filature, le plus grand espace de coworking du département de l’Eure. Quelle joie de voir ainsi renaître un site qui vient renforcer l’attractivité de notre ville. Une pépinière d’entreprises va s’installer dans le Hub et des activités des formations sont également prévues. A cet égard, je veux remercier Daniel Jubert, conseiller municipal et conseiller départemental à qui l’on doit la formation de codeurs-développeurs, dispensée depuis 2015 à Louviers dans le cadre d’un partenariat avec la CCI et Pôle Emploi, et qui a reçu le label de « Grande école du numérique ».

Mais ce n’est pas tout s’agissant du Hub puisqu’une étude est lancée pour la création d’un centre de congrès qui nous permettra d’attirer de nombreuses manifestations dans notre ville. Il fallait oser proposer une cité numérique à Louviers. Le rêve est en train devenir réalité. C’est bel et bien une réalisation concrète qui prend forme brique après brique car à Louviers, la ville de demain c’est aujourd’hui qu’elle se construit ! Comme l’a si bien écrit Antoine de Saint-Exupéry : « Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible ».

2018 va également marquer le début des travaux de la nouvelle gendarmerie et d’une déchetterie à proximité de la chaufferie à bois. Enfin, et pour être complet, je veux mentionner le lancement cette année du concours d’architecte pour la construction de la nouvelle école Jules Ferry et la sélection des entreprises pour un commencement des travaux en 2019. Ce projet qui s’élève à 6 millions d’euros – bien loin des 14 millions infinançables de l’ancienne municipalité – a fait l’objet d’une intense concertation avec la communauté éducative et son inscription est actée au contrat de territoire. Je veux remercier Marie-Dominique Perchet, adjointe en charge de la vie scolaire, ainsi que l’ensemble des élus qui participent aux conseils d’écoles, pour leur implication au service de l’offre éducative à Louviers. Pour les collégiens, la décision a été prise de construire un tout nouveau collège au Hamelet. Le choix de l’architecte se fera le 1er février. Début des travaux en 2020 pour une livraison en 2021 ou 2022 au plus tard.

Mesdames et Messieurs,
S’engager c’est faire preuve de volonté.
S’engager c’est avoir le goût de l’action pour transformer notre ville.

S’engager c’est aussi avoir le sens des responsabilités. On parle à chaque instant de lutte contre le réchauffement climatique et de mobilités durables ; mais au-delà des mots et des bonnes intentions, c’est d’abord au niveau de nos territoires et en particulier de nos villes que se prennent les décisions qui permettent de protéger notre planète. Au sein du conseil municipal, c’est Anissa Djemel qui est l’élue référente en charge des actions relatives au développement durable, en lien avec les autres membres de l’équipe et les services de la ville et de l’agglomération.

Nous disposons de nombreux leviers d’action pour faire de Louviers une ville durable et responsable à l’égard des générations futures. Je vous annonçais dans mes vœux de l’an dernier la mise à l’étude d’un plan Lumières pour généraliser l’éclairage au LED. L’année 2017 a permis la réalisation de cette étude et nous allons entrer en 2018 dans le vif du sujet avec le changement de l’ensemble des armoires techniques et la mise en place d’un nouveau matériel d’éclairage public. Le plan lumières, nous allons le déployer au second semestre de l’année 2018 et, au-delà du passage au LED, nous allons aussi travailler à la mise en lumière du patrimoine de Louviers. Le résultat de l’illumination de l’église Notre Dame est saisissant de beauté. Grâce à la lumière, nous avons redécouvert ce joyau du patrimoine lovérien. Mais il reste beaucoup à faire pour mettre en valeur le patrimoine de la ville. Je veux parler de l’école de musique, du Manoir de Bigard, du Musée, du Moulin…

Une ville durable, c’est aussi une ville propre. Pour garder une ville propre, chacun doit y mettre du sien. 2018 sera la première année de mise en œuvre du plan propreté que nous avons présenté au mois de novembre. En lien avec l’agglomération, ce Plan propreté prévoit l’achat de matériel de nettoyage supplémentaire, l’installation de toilettes publiques Place Thorel, l’installation de distributeurs de sacs plastiques pour les déjections canines, l’installation de cendriers publics pour en finir avec les mégots sur les trottoirs. Et aussi des actions de sensibilisation pour lutter contre les incivilités à travers l’opération « Je nettoie ma ville » organisée avec le Conseil municipal des Jeunes et la participation de l’Epide de Val-de-Reuil. Nous misons sur l’éducation et la prévention mais nous mettons aussi un dispositif de sanction avec une amende de 68 euros pour celles et ceux qui ne respectent pas les règles élémentaires du bien vivre ensemble. Une ville propre, c’est essentiel pour y développer le tourisme et donner une belle image de Louviers aux visiteurs qui découvrent notre ville. C’est l’ambition que nous nous fixons avec Didier Juhel, conseiller municipal délégué au tourisme, et que je veux remercier pour son implication au sein de l’office du tourisme.

Une ville durable, c’est aussi une ville plus verte. Louviers, ville fleurie, a vu ses trois fleurs confortées grâce au formidable talent de notre équipe des espaces verts. Depuis 2014, nous avons planté près de 300 nouveaux arbres à Louviers. Nous avons fleuri les ronds-points du Becquet et de Folleville et vous conviendrez qu’ils en avaient bien besoin. Nous allons lancer en 2018 un « Plan fleurissement » qui va contribuer à l’embellissement de la ville. De nouveaux lieux vont faire l’objet d’un fleurissement à l’instar du parvis de l’église. Nous allons également travailler à l’embellissement des jardins de l’Hôtel de ville. Le concours des maisons et balcons fleuris, relancé par notre conseillère municipale Lila Boissel, est un succès qui participe également à l’embellissement de la ville. Et Lila va porter de nouveaux projets en 2018 avec un concours des maisons et balcons les mieux décorées pour Noël prochain. Merci Lila de ton enthousiasme et de ta créativité !

Mesdames et Messieurs,

Avoir le sens des responsabilités, c’est aussi œuvrer à des mobilités plus durables. Le S’Cool bus expérimenté à Louviers, ville pionnière, va être étendu en 2018 aux activités périscolaires et concernera également à terme d’autres communes de l’agglomération.

Mais nous allons aussi travailler en 2018 à l’élaboration d’un plan vélo à Louviers et à l’installation de parkings à vélo, notamment sur la Place de la Halle. Et parce que nous nous projetons dans le long terme, je vous annonce l’implantation avant la fin de l’année d’une station de rechargement à hydrogène. Seulement trois sont prévues dans l’Eure, dont une à Louviers ; et cela, nous le devons à Jean-Pierre Duvéré, rapporteur de la commission transports de l’agglomération. Jean-Pierre est un infatigable défenseur des transports durables. Il ne compte pas son temps et son énergie pour notre permettre de bénéficier du nec plus ultra dans ce domaine !

Enfin, parler de responsabilité, c’est aussi parler et débattre des sujets d’intérêt général. C’est l’ambition des « Grandes rencontres de Louviers » que nous avons initiées en 2014. Nous avons jusqu’à présent évoqué des thèmes aussi divers que la liberté d’expression, l’égalité entre les femmes et les hommes, la malbouffe ou encore le dopage. Plusieurs grandes rencontres sont prévues en 2018 dont celle du 12 février prochain consacrée à l’engagement, à l’occasion du lancement de notre grande cause municipale.

Mesdames et Messieurs,

La 4e valeur cardinale de l’engagement, c’est l’humanisme. Remettre l’humain au cœur de notre réflexion et de notre action. Nous vivons dans un monde de plus en plus connecté mais paradoxalement, les gens se parlent de moins en moins, se connaissent de moins en moins, se respectent de moins en moins.

Et bien moi je vous propose que Louviers soit la ville des humanistes. Louviers est historiquement la ville du tissage. Elle est aussi la ville du métissage ; ce métissage est une chance, il est une ouverture sur les cultures et sur la différence. Soyons fidèles à notre histoire et à notre identité en continuant à tisser des liens entre les personnes. Oublions les postures verticales où tout vient d’en haut pour favoriser les rencontres entre les habitants, pour stimuler les solidarités, l’entraide, l’attention portée aux autres. Et le rôle d’une municipalité, il est de rassembler les bonnes volontés autour de cet objectif commun.

Quand on soutient la jeunesse avec l’Académie des Talents – initiative unique en France récompensée par la Marianne d’Or de la jeunesse – on remet l’humain au cœur.

Quand on instaure un conseil des aînés pour être attentif aux préoccupations de nos anciens, on remet l’humain au cœur.

Quand on organise à Louviers les Trophées de l’apprentissage – initiative là aussi unique en France – pour mettre à l’honneur des métiers dont nous avons besoin, on remet l’humain au cœur.

Quand on permet à des assistantes maternelles de faire se rencontrer de jeunes enfants avec les pensionnaires de nos maisons de retraite, on remet l’humain au cœur.

Alors je voudrais vous donner quelques exemples supplémentaires de ce que nous allons faire en 2018 pour continuer à remettre l’humain au cœur.

Il va d’abord y avoir la montée en puissance du programme des « villages dans la ville », nouveau cadre de la politique de proximité de la ville. J’ai demandé à Hafidha Ouadah, adjointe en charge de la politique de proximité, de porter à mes côtés cette nouvelle politique. Et j’ai confié à Sarah Caron-Doubet l’animation de la vie des villages. La philosophie des villages dans la ville, c’est d’aller vers les habitants plutôt que d’attendre qu’ils viennent vers nous. Nous tiendrons la première d’une longue série de réunion des villages dans la ville vendredi prochain 19 janvier aux Monts.

Il y a ensuite les actions que nous allons mener dans le cadre de l’adhésion de Louviers au réseau francophone des villes amies des aînés. Nous rejoignons Rennes, Bordeaux et le Havre, notamment, qui font partie de ce réseau dont l’objectif est de s’engager dans l’amélioration du bien-être des habitants âgés.

Je veux remercier Nadège Hoffmann, conseillère municipale délégué, qui s’implique beaucoup dans ce dossier, avec le CCAS et Anne Terlez. Et je peux vous annoncer ce soir que c’est Louviers qui accueillera au printemps les villes de Normandie qui souhaitent s’impliquer dans cette démarche auprès des aînés afin de constituer un véritable réseau normand des villes amies des ainés.

Je voudrais aussi vous parler des projets liés la famille. La 2e édition d’Au Four et au Moulin, le salon de la cuisine en famille, a rencontré un franc succès qui s’est appuyé sur les ateliers de cuisine pour tous les publics et pour tous les âges. J’ai moi-même mis la main à la pâte en pétrissant de la pâte à pizza ou encore en goûtant une dizaine de crumble plus délicieux les uns que les autres. Ce salon a trouvé son public et je veux remercier les différents partenaires qui ont contribué à son succès, en particulier le Lion’s club mais aussi le lycée Decrétot dont les élèves nous ont proposé de formidables démonstrations de cuisine.

Toujours au registre de Louviers, ville amie des familles, je voudrais revenir sur la réussite de la première fête des familles qui s’est tenue à l’automne et qui sera rééditée en 2018, y compris à l’échelle des villages dans la ville pour ceux qui le souhaiteraient.

Enfin, remettre l’humain au cœur, c’est aussi multiplier les moments festifs. Merci à Gaëtan Bazire, conseiller municipal délégué à la vie associative, qui ne manque pas d’idées et d’énergie pour animer la cité ! Bravo à toi Gaëtan pour l’organisation de la fête d’Halloween et pour le réveillon du 31 décembre de l’association « Louv’Anim » qui a affiché complet !

Remettre l’humain au cœur, c’est aussi donner toute sa place aux arts et à la culture, chère Sylvie Langeard, adjointe à la vie culturelle. Avec Nadja Toumert, conseillère déléguée au spectacle vivant, vous nous concoctez une année 2018 marquée par des événements culturels de premier plan. La 4e édition du festival des grands amateurs de piano se tiendra du 25 au 27 mai, avec comme à l’accoutumée son IN et son OFF. Et en juin, pour son 10e anniversaire, le festival de Jazz accueillera Michel Jonaz à Louviers.

Au musée, la prochaine exposition sera consacrée à Maximilien Luce, à partir du 26 janvier. Puis une exposition d’art contemporain allemand suivra en juin, à l’occasion du 40e anniversaire du jumelage entre Holzwickede et Louviers.

Nous accueillerons une importante délégation allemande au mois de juin, avec un grand concert le 14 juin au soir où se produiront, et c’est exceptionnel, les musiciens de l’armée de l’air. Cela est très rare, et nous te le devons, cher Jean-Pierre Duvéré.

2018, ce ne sera pas seulement le 40e anniversaire de notre jumelage avec Holzwickede. Ce sera aussi le 60e anniversaire du jumelage avec nos amis anglais de Weymouth-Portland. Cher Christian Wuilque, conseiller municipal délégué aux jumelages aux relations extérieures, et que je remercie pour son action, que dirais-tu que nous profitions de ces anniversaires symboliques pour organiser à la fin du printemps ou au début de l’été un grand dîner partage européen sous la halle, ouvert à tous ? Je lance l’idée !

Voilà, Mesdames et Messieurs, ce que je voulais vous dire ce soir, au nom de l’équipe municipale que j’ai le bonheur de conduire et d’animer.

Avec de la volonté, avec le goût de l’action, avec le sens des responsabilités et avec un désir toujours plus fort d’humanité, nous nous efforçons chacune et chacun d’entre nous, de servir notre ville et de vous servir du mieux possible.

Et je voudrais pour conclure vous parler avec le cœur, de la sincérité avec laquelle nous conduisons notre action.

L’année 2017 a été marquée par un vent de « dégagisme » politique qui a fait la part belle au « tous pourris ». C’est devenu très à la mode de taper sur les politiques, de mettre tout le monde dans le même panier pour au final jeter le bébé avec l’eau du bain. Plus vous êtes engagé, plus vous êtes suspect ! Quel paradoxe ! On demande aux élus d’être des citoyens comme les autres. Et en même temps, on leur demande toujours plus. Mais cela c’est normal et nous l’acceptons volontiers.

Mais que dire des réseaux sociaux qui offrent le meilleur comme le pire lorsqu’ils se transforment en usines à contrevérités. Toutes les opinions s’y valent ; rien n’est vérifié. C’est le paradis des égos et des excès. C’est le nirvana des Fake News.

Alors il faut retrouver une forme de sagesse et de sérénité dans ce monde devenu un peu fou. Il faut conserver son intégrité et sa liberté de jugement et d’action.

Quel est le moteur de notre engagement ?

C’est l’enthousiasme, c’est la créativité et l’inventivité, c’est le dépassement de soi-même, c’est le goût du risque, c’est la volonté d’innover, c’est le collectif et l’esprit d’équipe.

J’assume qu’à Louviers nous ne voulons pas ressembler aux autres. C’est à Louviers, et c’est nulle part ailleurs ! Nous avons une forme d’audace et d’inventivité que je revendique. Les services de la ville connaissent mon degré d’exigence. Et moi je connais leur compétence et leur conscience professionnelle.

Je veux que Louviers retrouve son rang de grande ville de Normandie. C’est ce qui est en train de se produire. Je veux qu’on se dise partout qu’à Louviers il y a de bonnes idées, qu’il y a une équipe qui ne ressemble pas aux autres. Là aussi, c’est ce qui se dit.

Notre équipe, elle n’est pas fermée, elle est ouverte. Elle tend la main à toutes celles et ceux qui aiment leur ville et qui veulent s’y engager !
Notre équipe, elle n’est pas aigrie, elle est joyeuse !
Noter équipe, n’est pas prisonnière de tel ou tel intérêt ou de tel ou tel clan, elle est libre !
Notre équipe, elle n’aime pas la routine, elle préfère l’audace et la nouveauté !
Notre équipe, elle n’est pas résignée, elle est conquérante !

Alors, à l’aube de cette nouvelle année, je vous souhaite, pour vous et ceux qui vous sont chers, une année 2018 joyeuse, une année humaniste, une année libre et conquérante.
Je vous souhaite surtout une bonne santé car c’est là l’essentiel.
Et je vous souhaite enfin d’atteindre le bonheur !

Bonne année, pleine d’engagement !